En cette fin d’année, nous retrouvons notre infatigable traileur globe-trotter Sylvain Bazin sur la Via Francigena del sud. Il continue sa collection de grands chemins spirituels du monde après le chemin des 88 temples au Japon, la route du Puy-en-Velayle Camino Francés, la Via Francigena et la Via de la Plata. Il est actuellement sur la partie sud de la Via Francigena qui part de Rome et va jusqu’à Brindisi.

 

«  Empli des bons souvenirs de l'an passé, où j'avais aussi énormément apprécié l'accueil italien, je repars plein d'entrain de Rome, ce 25 novembre. Ma première étape ne me déçoit pas : je quitte Rome, depuis la place Saint-Pierre, par une splendide balade touristique, qui se termine par le forum. De là, je suis la Via Appia Antica, un peu soumise à la circulation dans les premiers kilomètres avant de redevenir une voie romaine très bien conservée, et uniquement offerte aux piétons et aux cyclistes. Je rejoins ainsi, sur une Via Appia qui se transforme ensuite en sentier, la résidence d'été des papes, Castel Gandolfo. Un beau village qui domine un lac, je suis à nouveau dans une belle campagne italienne.

« Je découvre cependant dès le lendemain,
tout en cheminant dans un très beau décor,
les limites actuelles de cette Via Francigena del Sud  »

Je découvre cependant dès le lendemain, tout en cheminant dans un très beau décor, les limites actuelles de cette Via Francigena del Sud : un balisage très aléatoire, que je ne peux totalement remplacer par une trace GPS illisible (en tous cas sur mon appareil) issue du site officiel ni par le guide qui reste très vague, tant dans sa description que dans sa cartographie. Avec beaucoup de vigilance, en demandant mon chemin parfois pour confirmer, j'arrive cependant à trouver la bonne trace. 

 


Les paysages de la Via Francigena sud
 

 

 

Les paysages de ces premiers jours sont vraiment majestueux : des villes et des villages médiévaux, très bien conservés dominent une vaste plaine, au bout de laquelle se devine la mer. C'est très vallonné et le parcours est bien plus "physique" que les habituels chemins de pèlerins. Parfois, je rencontre même des sentiers vraiment "techniques", comme diraient les traileurs. Le dénivelé n'est pas négligeable. 

 
Cette première partie du parcours reste sur la côte ouest, en "fonçant" plein sud à travers le Lazio. Je passé au bord de la mer méditerranée, à Formia, pas loin de Naples. Mon parcours, depuis Rome, croise et recroise la Via Appia, empruntant parfois de beaux tronçons de voie romaine aux pavés bien conservés, mais malheureusement aussi trop souvent la nationale moderne et à la forte circulation (de ce point de vue certains passages sont un peu périlleux et peu agréables, il faut sans doute encore retravailler quelques tronçons pour mieux développer cette Via Francigena Sud) qui suit ses traces.  Je vais ensuite bifurquer vers l'est, pour traverser la Campanie de l'intérieur avant de me retrouver sur la côte est et les Pouilles, pour la fin de mon voyage.
 
En marchant, seul (je n'ai rencontré aucun autre marcheur depuis mon départ), je sens bien que ce chemin est en reconstruction : outre le balisage et parfois l'état des chemins, les hébergements "pèlerins" ne sont pas légions. Je m'en tire pour l'instant avec quelques "bed and breakfeast", hôtels et tout de même un monastère, plutôt confortable d'ailleurs. 
 

«  Plus je "m'enfonce" vers le sud et la campagne, plus l'étonnement semble
grand de me voir ainsi arriver à pied :
le pèlerin doit être encore très rare. »

 
Même si elle est peu connue, cette Via Francigena del Sud semble intéresser, ou en tous cas suscite des réactions de sympathie : on m'indique la plupart du temps mon chemin avec sympathie, je suis même parfois arrêté sur mon chemin par un passant ou un habitant qui me félicite et me souhaite bon voyage. Plus je "m'enfonce" vers le sud et la campagne, plus l'étonnement semble grand de me voir ainsi arriver à pied : le pèlerin doit être encore très rare. 
 
Ainsi à Nocelletto, un bourg de campagne à 70 kilomètre au nord de Naples j’ai été un peu l'attraction : comme il n'y avait personne à l'hébergement où j'avais pourtant réservé, on m'aide et on s'assure que mon problème est réglé (les propriétaires, il semble qu'il ait eut une interversion d'adresse mail sur mon guide, arrivent dans une heure), une troupe de gamins me bombardent de questions, les regards sont souvent braqués (gentiment) sur moi.
 
C'est donc un chemin en redécouverte, avec le charme de l'inattendu et de très beaux paysages, le petit parfum d'aventure et les quelques vicissitudes du "pionnier" que je foule en ce moment. Mes premières étapes, un peu plus difficiles que prévues, m'ont un peu fatigué et j'ai mal aux pieds, mais j'espère pouvoir poursuivre avec plaisir mon chemin vers le sud. Les paysages promettent d'être encore très beaux et les découvertes nombreuses. J'espère que le parcours évitera un peu plus les routes fréquentées et que mes pieds me laisseront tranquille pour bien profiter de l'aventure! »

 

Suivez le en direct sur son blog : 

A découvrir également : 

 

PARTAGEZ CET ARTICLE :