Près de Saint Cirq Lapopie
 




Vallée du Célé

Découvrir l’esprit nature de la vallée du Célé sur le Chemin du Velay

Son cadre représente à merveille le département du Lot : le Célé, petite rivière vive et tumultueuse, peut se targuer d’avoir conservé un écosystème riche. Une faune et une flore préservées que les pèlerins ont tout le loisir de découvrir au fil de leur marche dans cette région française pleine de charme. Au-delà du Lot, il est une autre rivière qui gagne à être parcourue sur le Chemin du Velay qui mène à Saint-Jacques de Compostelle. Le Célé réserve bien des surprises sur sa personnalité.
 

Des espèces méditerranéennes

La Vallée du Célé se distingue par son écosystème florissant. Sa préservation en fait un habitat naturel idéal pour un certains nombres d’espèces. Ici, se trouve une belle concentration de poissons et de libellules. Les falaises de calcaire permettent aussi le développement d’une flore particulière, comme la sabline à grandes fleurs. Côté faune, on note la présence d’anguilles mais aussi de lézards ocellés, l’un des plus gros connus en France plutôt visible du côté de la Méditerranée. Sans oublier la loutre dont il n’est pas rare d’apercevoir quelques empreintes.
 

Falaises calcaires et maisons troglodytiques

Dans un camaïeu de blanc, de noir et d’ocres, les falaises calcaires qui trônent au-dessus du Célé font partie des curiosités de l’environnement naturel de cette étape du chemin de Compostelle. Si les grottes abritent quelques chauve-souris et parfois des fresques préhistoriques (comme la grotte Pech-Merle), on trouve aussi des maisons troglodytiques, notamment du côté de Cabrerets, étape pour les pèlerins.
 

Une vallée idéale l’été

Terre de contrastes, la vallée du Célé offre tout son potentiel aux randonneurs durant l’été, où le niveau de sa rivière baisse fortement. La rivière accorde de nombreux lieux de baignade comme du côté de Saint-Sulpice et Marcihac-sur-Célé, étapes du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. C’est aussi un paradis pour les randonneurs qui veulent s’octroyer une pause en canoë, le long des rives généreuses de cette petite rivière du Lot.

 

À DÉCOUVRIR :

PARTAGEZ CET ARTICLE :