Le chemin d'Arles



Les rues de Saint Guilhem le Désert


Les stèles discoïdales à Usclas-du-Bosc sur le chemin d'Arles

On l’appelle aussi Route de Provence ou Via Tolosana, le Chemin d’Arles traverse le sud de la France d’Arles jusqu’à Lourdes et continue jusqu’au nord de l’Espagne, à Logroño. Un parcours où le pèlerin pourra notamment croiser des monastères bénédictins, tout en savourant l’atmosphère douce qui plane en Provence et dans le sud-ouest. De la garrigue aux forêts situées au pied des Pyrénées, le Chemin d’Arles réserve des randonnées variées qui ne manquent pas de dénivelés, notamment avec le passage du col du Somport et le Haut-Languedoc. Pour démarrer son pèlerinage, nous avons retenu trois curiosités à ne surtout pas manquer.

2ÈME ÉTAPE DU CHEMIN D'ARLES : SAINT-GILLES-DU-GARD

Après le départ d’Arles, où le pèlerin ne manquera pas d’aller jeter un œil aux arènes de celle que l’on appelle aussi « la petite Rome des Gaules », c’est à Saint-Gilles-du-Gard que l’on trouve une abbatiale classée monument historique depuis 1840 qui abrite le tombeau de son fondateur, un pieux ermite arrivé dans ce coin de Camargue au VIIIe siècle. À ne pas manquer : sa crypte qui fut le quatrième lieu de pèlerinage de la chrétienté après Rome, Jérusalem et Saint-Jacques-de-Compostelle. La crypte, véritable église souterraine, mesure 50 mètres de long pour 25 mètres de large.

SAINT-GUILHEM-LE-DÉSERT : ÉTAPE INCONTOURNABLE SUR LE CHEMIN D'ARLES

Après avoir franchi le pont du Diable, au-delà d’Aniane, site d'une ancienne abbaye, le village de Saint-Guilhem-le-Désert se dresse devant les pèlerins. Là aussi, une abbaye bénédictine ne peut qu’attiser la curiosité du randonneur par sa taille imposante et sa pierre chargée de soleil. Elle fut fondée en 804, et symbolise à merveille l’art roman languedocien. Aujourd’hui, la communauté du Carmel Saint-Joseph rend à l’Abbaye sa destination religieuse.

LES STÈLES DISCOÏDALES À USCLAS-DU-BOIS

Monolithes découpés en arrondi, ces stèles font la curiosité du chemin d’Arles, juste avant d’arriver à Lodève, à Usclas-du-Bosc. Ces pierres étaient auparavant dressées au-dessus des tombes pour les identifier. Les stèles que croiseront les pèlerins porteraient les marques distinctives des grands ordres monastiques, et seraient les témoins des tombes de pèlerins décédés sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. Elles dateraient du XIe au XIVe siècle.

À DÉCOUVRIR :

PARTAGEZ CET ARTICLE :